Aucun gabarit trouvé pour le module blocknewsletter

ROSIERS ADAPTÉS A LA CULTURE EN POTS

Cultiver des rosiers en pots ?

Vous êtes nombreux à nous demander quels rosiers peuvent se plaire en pot sur votre terrasse, en jardinière sur vos balcons ...

Il faut savoir que tous les rosiers ne s'y prêtent pas : certains rosiers, superbes en pleine terre, seront chétifs et grêles s'ils sont mis en pots. C'est pour cette raison que la Roser...

Cultiver des rosiers en pots ?

Vous êtes nombreux à nous demander quels rosiers peuvent se plaire en pot sur votre terrasse, en jardinière sur vos balcons ...

Il faut savoir que tous les rosiers ne s'y prêtent pas : certains rosiers, superbes en pleine terre, seront chétifs et grêles s'ils sont mis en pots. C'est pour cette raison que la Roseraie Guillot® vous donne dans cette catégorie la liste des rosiers qui se plaisent aussi bien en plein terre, qu'en pot. Vous pouvez consultez tous nos conseils dans l'article : "Rosiers en pot : comment les entretenir ?"

Comment entretenir un rosier en pot ?

La culture des rosiers en pots nécessite une vigilance supplémentaire. Le rosier, restreint au seul espace de son pot, ne peut aller chercher les nutriment et l'eau dont il a besoin : il faut impérativement veiller à lui apporter ce qu'il faut en temps et en heure !

Des apports d'engrais réguliers, à diffusion lente en hiver, à diffusion rapide au printemps (au minimum !) sont indispensables. Vous trouverez tout ce qu'il faut en jardinerie, avec les doses et la fréquence.

L'arrosage se fait fréquemment, dès que vous vous apercevez que la terre est trop sèche. Les rosiers apprécient une humidité légère, mais constante. L'arrosage en hiver est rarement necessaire. L'arrosage commence aux première pousses du rosier.

Une attention particulière doit être apportée en été lors de grosses chaleurs : un rosier en pot, explosé plein sud, sous 30°C ou plus, souffrira beaucoup. Nous vous conseillons de déplacer son pot à la mi-ombre, voire a l'ombre totale. Contrairement aux rosiers en pleine terre qui peuvent aller chercher la fraicheur en étendant leurs racines profondément dans la terre, le rosier en pot peut attraper un coup de chaud, ses racines étant réduites à la taille du pot.

Quelle taille de pot choisir ?

Nous recommandons de ne pas prendre un pot inférieurs à 50 cm de coté (largeur, hauteur, profondeur). Les racines des rosiers sont profondes et les rosiers végèteront dans des pots plus petits.

Les mini-rosiers peuvent éventuellement se mettre dans des jardinières plus petites, mais tout de même adaptées à un bon développement racinaire.

Très peu de rosiers grimpants se prêtent à la culture en pot. Et si c'est le cas, il faudra prévoir un pot d'autant plus grand !

Conseils de plantation pour rosier en pot

Pour cultiver, sur votre terrasse, votre balcon, ou dans votre cour, un rosier en pot, prévoyez de mélanger à 50/50 ou 2/3-1/3, terre de jardin et terreau horticole. La terreau horticole, riche mais aérien, s'assèche vite et ne retient pas l'eau. La terre de jardin, souvent pourvue d'argile, aide à retenir l'eau pour garder une certaine humidité dans le pot et faire résister plus longtemps votre rosier à la chaleur de l'été.

Le pot doit impérativement être percé en son fond pour laisser s'évacuer le surplus d'eau, et idéalement drainé sur une épaisseur de 10 cm, à l'aide de billes d'argiles, gravier, ou brisure d'ancien pots ! Ce que vous avez sous la main fera l'affaire !

Quelle matériau choisir pour mon rosier en pot ?

Pots en terre cuite ? En métal ? En bois ? En plastique ? Vous avez raison de vous poser la question !

Alors qu'il faut plutôt fuir les pots métalliques car le métal (zinc, cuivre...) aura tendance à trop chauffer sous le soleil et donner un gros coup de chaud au rosier (qui peut lui être fatal !), les autres matériaux de pots présentent chacun des atouts. Pour vous aider à faire le point, voici notre avis !

Le pot ou bac en bois : rustique et indémodable, un bac en bois autoclave ne requiert pas d'entretien particulier. Il peut griser un peu dans le temps pour certaines essence de bois, mais un bon ponçage et un coup de lasure ou peinture y remédiera facilement.

Le pot en terre cuite : lourd, stable, brut ou vernis, il offre un aspect thermorégulateur interessant grâce à sa porosité qui isole son contenu du trop froid ou trop chaud. Néanmoins la terre cuite perd cet aspect si elle est vernis. Attention, ces pots très lourds pourraient ne pas convenir sur un balcon ou terrasse avec limite de poids ou dalles trop fragiles. Ce matériau est lui aussi sensible aux chocs : attention à la casse !

Le pot en plastique : on le trouve maintenant dans toutes les jardinerie avec une large palette de couleur. Léger, il est pratique d'utilisation. Souvent moins coûteux que les autres matériaux. Il présente néanmoins l'inconvénient de n'offrir aucune isolation à la plante, ni en été, ni en hiver.

Plus
109 articles trouvés